Chaire Réseaux Sociaux et Objets Connectés

Les nouveaux réseaux d'humains et d'objets

Le CES de Vegas 2019 : L’IMT bien présent

| Aucun commentaire

Organisé du 8 au 11 janvier 2019, le Consumer Electronic Show a attiré à Las Vegas plus de 180 000 personnes. Ce salon est connu comme l’un des plus grands salons basés sur l’innovation technologique : environ 4 000 entreprises avaient fait le voyage.

L’Institut Mines-Télécom a par ailleurs réalisé le déplacement avec plusieurs de ses jeunes entrepreneurs et leurs start-ups. Au nombre de 21, ces dernières sont issues des différents établissements de l’IMT, dont le campus Télécom Sud Paris et IMT-BS.

Le Campus d’Evry à l’honneur : Trois start-ups y étaient présentes 

Prenons les airs et découvrons UAVIA. UAVIA naît en 2015 après la découverte d’un problème récurrent chez les drones aériens : les ondes wi-fi étaient limitées et sujettes aux interférences. Les dirigeants de la start-up eurent alors l’idée d’utiliser le réseau mobile pour stabiliser la transmission d’information tout en l’encryptant afin d’assurer sa sécurité. En avril 2018, elle est parvenue à soulever 2 millions d’euros lors d’une levée de fond. Son travail s’axe aujourd’hui sur des solutions de surveillance mais aussi d’analyse de situation à risque. Des algorithmes sont alors développés afin de permettre d’offrir la solution optimale à l’entreprise cliente.

Du côté des systèmes d’information, Beekast n’est pas en reste et propose une interface facilitant la discussion, la communication, les présentations mais aussi l’animation au sein d’une entreprise. Formulaire, tableau, sondage : tout y passe sous une apparence colorée et un suivi des équipes de la start-up pour fournir la meilleure solution possible aux entreprises.

Enfin, la start-up Neosper, qui avait gagnée le 8ème trophée Start-Up Numérique, était aussi présente pour ses travaux dans le domaine de la santé connectée et de l’assistance chirurgicale.

Vers une sécurisation des objets connectés de plus en plus performante 

Récompensée par le prix « coup de cœur » de l’IMT, remis par Engie et Wavestone, Acklio propose des solutions de sécurité pour les protocoles internet baignant dans l’utilisation des objets connectés. Auparavant, une entreprise devait faire un choix sur l’environnement qu’elle exploitait : grâce à Acklio, le système s’adapte beaucoup plus facilement aux changements de l’environnement informatique et permet de prendre de l’avance sur les menaces à venir concernant l’IoT (Internet Of Things). Hébergée par l’incubateur de l’IMT Atlantique, l’entreprise se focalise sur un axe majeur qui est la protection des données qu’utilise l’objet connecté.

Au centre de l’IOT, le Chatbot :

Au départ, des Chabots, il en existait peu. L’un des plus célèbres au début de la décennie était le cleverbot. Capable d’apprentissage, en contact avec différents individus sur le net, il apprenait à offrir des réponses de plus en plus pertinentes. Cependant, les entreprises cherchent aujourd’hui le meilleur chatbot possible pour réussir une partie de leur community-management. C’est cette réponse qu’offre BotFuel, située actuellement dans l’incubateur de Télécom ParisTech. Dans la même lignée, et plus centrée vers le marché de l’objet connecté, l’entreprise Askhub était aussi présente lors du Ces de Las Vegas.

Bien être et sécurité, analyse des progrès : l’avenir de l’objet connecté

Nous terminerons cet article avec Bescent SensorWake avec une petite note de fraîcheur. Depuis 2015, la start-up propose un réveil alternatif à la sonnerie brutale de notre smartphone au bout du troisième ou quatrième « snooze ». En effet, l’originalité de son produit est la création d’un réveil diffusant des odeurs agréables et nous plongeant dès les premières heures de notre journée dans un bien-être des plus agréables.

Après le réveil en douceur, encore faut-il arriver à sa destination. La start-up Galanck propose le Galuchon : un sac à dos lumineux, connecté au smartphone et équipé d’un système GPS. Assurant sécurité et esthétisme à son propriétaire, c’est une innovation simple et efficace qui évitera de nombreux ennuis aux cyclistes alors que le jour se lève à peine.

Que retenir finalement du rôle de l’objet connecté ?

L’objet connecté aujourd’hui répond à plusieurs problématiques : loisirs, sécurité, contrôle… Ce qui est au cœur de l’IoT reste l’analyse des données. C’est en particulier le cas de nombreuses start-up médicales comme PrediSurge analysant par l’utilisation de matériel connecté les risques cardio-vasculaires d’un patient.

On progresse grâce à l’IoT qui nous guide. Movin’s Smart propose ainsi aux cavaliers un équipement connecté qui sera juge de leur position et corrigera les défauts liés à leur manière de monter. Tous ces exemples, mettant l’IMT sur le devant de la scène, nous prouvent que l’avenir réside dans ces objets du quotidien qui à force de recueillir des données sur nous, ne resteront pas seulement objets, mais deviendront interlocuteurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.